Les coquines françaises se masturbent nue en direct de leur webcam

Offerte aux copains de mon mec

Jusqu'à ce que je relise certains de mes messages, je n'avais pas réalisé quel modèle de passivité je semble présenter dans mes expériences. Je vais devoir en chercher d'autres où j'étais un peu plus agressive. Si tu aimes les histoires, écris-moi pour me le faire savoir et je continuerai à les partager avec toi. Celle-ci parle de quelque chose qui m'est arrivé lorsque j'ai commencé à sortir avec un ancien petit ami nommé Bernard. Je suis sortie avec lui pendant longtemps et il semble que certaines de mes expériences les plus sauvages se soient produites pendant la période où j'étais avec lui. J'ai la réputation, parmi mes amis, d'être une gentille petite chose. Je suppose que c'est peut-être pour cela que je suis souvent une participante passive dans certaines de ces expériences. Je n'ai jamais voulu gâcher l'image que l'on peint de moi. J'aime avoir cette réputation de petite fille douce, surtout avec mon côté exhibitionniste plus coquin. Je ne m'y adonne vraiment que lorsque je suis loin de chez moi, là où personne ne me connaît.

Bernard et moi sortions ensemble depuis environ 6 mois et nous avions toujours nos appartements séparés. Bernard m'avait dit qu'il prévoyait de sortir à un enterrement de vie de garçon avec un groupe de ses copains ce vendredi soir-là. Cela ne me posait pas vraiment de problème qu'il y aille, mais j'aime bien avoir un peu d'attention après une longue semaine. Je savais qu'il rentrerait à la maison après le travail pour prendre une douche et se changer. Je me suis dit que j'allais peut-être le surprendre. Je suppose que j'ai pensé que si je lui faisais passer un bon moment avant qu'il n'aille à la fête, il ne prêterait pas autant d'attention aux autres filles.

Il m'avait dit qu'il s'arrêterait probablement pour boire quelques verres avec certains gars avant de rentrer chez lui, alors je suis allée à son appartement pour l'attendre. Je savais qu'un moyen d'attirer son attention serait de me mettre nue et de m'allonger sur le canapé en faisant semblant de dormir quand il entrerait. Il ne pourrait tout simplement pas résister à ma forme souple présentée comme un festin pour lui à la vue de la rue. Je suis montée à l'étage et j'ai pris une bonne douche chaude. Après ma douche, je suis allée dans sa chambre, je me suis séchée, j'ai mis un bon parfum et j'ai caché mes vêtements sous son lit. Je voulais le surprendre. S'il entrait et montait directement à l'étage pour prendre sa douche, mes vêtements seraient un indice très révélateur. S'il venait d'abord dans le salon, ce que j'espérais, alors tant mieux pour moi. Sinon, après sa douche, je savais qu'il descendrait pour regarder les derniers sports pendant qu'il se préparerait. Je savais aussi qu'il ne pourrait pas résister à un petit coup rapide avant de sortir pour la nuit et peut-être, juste peut-être... que je pourrais le garder à la maison pour une soirée de plaisir.

J'ai ouvert une bouteille de vin et me suis allongée sur le canapé pour l'attendre. J'étais déjà assez excitée et rester allongée nue en anticipant ce qu'il ferait quand il me verrait enfin ne faisait que m'exciter encore plus. Les rideaux étaient tous ouverts et il faisait encore beaucoup de lumière dehors et le soleil se répandait dans la pièce. J'adore être nue là où il y a une chance d'être vue, c'est l'une de mes nombreuses manies. C'est aussi quelque chose qui excite beaucoup Bernard. L'idée que d'autres hommes voient mon corps nu le rendait fou.

Pendant que je m'allongeais pour boire le vin, j'ai commencé à caresser doucement ma chatte, me gardant bien excitée. Je pouvais voir les gens passer juste devant la maison et ça m'excitait vraiment de penser qu'ils me voyaient ici comme ça, même si j'aurais reculé si quelqu'un s'était vraiment arrêté pour regarder. Je suppose que c'est plus l'idée de la chose qui m'a excitée que la chose elle-même.

Je me suis maintenue au bord de l'orgasme pendant ce qui m'a semblé une éternité, mais qui en réalité n'était probablement que moins d'une heure. J'avais à peu près fini la bouteille de vin et j'étais allongée pour rêvasser quand j'ai entendu la voiture de Bernard s'arrêter dans l'allée. J'ai englouti le dernier verre de vin et j'ai poussé le verre et la bouteille vides sous la table basse, hors de vue. Je me suis remise sur le canapé et me suis positionnée pour la présentation.

Pendant que j'attendais, j'avais essayé un tas de positions qui, selon moi, pouvaient être un peu érotiques, mais qui ressemblaient aussi à une position de sommeil crédible. J'ai pensé que c'était la gagnante ; j'ai mis mes bras au-dessus de ma tête, derrière moi, en berçant un peu ma tête. Une de mes jambes pendait sur le bord du canapé et avec l'autre, j'ai remonté un peu mon pied en pliant ma jambe au niveau du genou et en la posant contre les coussins arrière, exposant totalement mon sexe ouvert. Je me suis allongée en faisant semblant de dormir, mon cœur battait la chamade, ma chatte gonflée était humide et palpitait d'impatience.

J'ai entendu la porte de derrière s'ouvrir, puis des bruits de pas dans le couloir vers le salon. Puis, j'ai entendu Bernard dire à quelqu'un qu'il devait faire comme chez lui, qu'il montait prendre une douche et qu'il serait là dans un petit moment. Des bruits de pas montaient rapidement les escaliers et plusieurs bruits de pas se dirigeaient vers le salon où je me posais... nue !

OH MON DIEU !!!!!!

J'ai paniqué, je n'avais nulle part où aller, le salon était à l'avant de la maison avec seulement une porte d'entrée menant à l'extérieur, pas de placards... rien. Je n'avais même pas de couverture, de serviette ou quoi que ce soit d'autre pour me couvrir. J'ai gaspillé les quelques précieuses secondes que j'avais en cherchant mentalement ce que je pouvais faire. Puis ils étaient dans le salon et toutes mes options avaient disparu.

Tous les sons se sont arrêtés, sans doute par incrédulité de me voir allongée là comme si j'étais le plat principal d'une sorte de festin d'action de grâce tordu. Il n'y avait rien que je puisse faire à part faire semblant de dormir.

Je mourais d'embarras d'être prise si exposée. Je ne pouvais même pas bouger mon corps dans une position moins révélatrice car j'étais censée dormir et je n'aurais pas su pour mon public. On aurait dit que 3 ou 4 gars étaient là, dans l'embrasure de la porte, à me regarder. Ils devaient être aussi choqués que moi. À ce moment-là, je n'avais aucune idée de qui ils étaient ni de ce qu'ils allaient faire. Puis j'ai entendu un murmure... "Putain de merde, vous voyez ça les gars" ?

Mon cœur s'est arrêté pendant que j'écoutais. Il semblait que pendant une longue seconde, personne ne bougeait dans la pièce. Puis je les ai entendus commencer à chuchoter doucement entre eux et pendant qu'ils chuchotaient, Bernard a crié de l'étage pour que quelqu'un lui apporte une bière.

Ils ont commencé à discuter entre eux de ce qu'il fallait faire, on aurait dit qu'environ 4 gars se tenaient là, presque juste au-dessus de moi.

L'un d'eux a finalement pris les choses en main et a dit : "Que quelqu'un apporte une bière à Bernard. Je ne sais pas pour le reste d'entre vous, mais je vais aller la voir. Je n'arrive pas à y croire".

Quelqu'un d'autre a demandé à propos de Bernard : "Nous allons juste garder une oreille attentive pour lui et quand il aura fini sa douche, nous irons à la cuisine et l'attendrons comme si c'était là que nous étions tout le temps. Tous ceux qui ne veulent pas jeter un coup d'œil à Jenn peuvent se diriger vers la cuisine maintenant, mais je pense qu'elle est trop sexy et c'est comme un cadeau du ciel, je ne vais pas le gaspiller, vous faites ce que vous voulez."

Sur ce, le sol a craqué alors que quelqu'un s'approchait du canapé. J'ai entendu des pas retourner dans le couloir, dans la cuisine, ouvrir le réfrigérateur et prendre des bières. Qui que ce soit, il en a ramené quelques-unes aux gars dans le salon et en a finalement apporté une à l'étage pour Bernard.

Pendant qu'il montait, un des autres gars a chuchoté : "Je reviens tout de suite, j'ai mon appareil photo dans la voiture, j'allais essayer de prendre des photos, mais tant pis, je vais prendre des photos de ça". Le temps que le gars redescende de l'étage, l'autre avec l'appareil photo était de retour.

Bernard a dû allumer la stéréo de l'étage parce que je pouvais entendre de la musique à l'étage et les gars dans la chambre avec moi ne chuchotaient plus aussi doucement. Je pouvais dire qu'ils devaient boire depuis un moment déjà au ton de leur voix et à la façon dont ils parlaient. Ils avaient l'air un peu ivres. Un type dont j'ai reconnu la voix comme étant le meilleur ami de Bernard à l'époque, Joachim, a dit aux autres que j'avais le sommeil très lourd et que je ne me réveillerais probablement pas s'ils faisaient attention et ne faisaient pas trop de bruit.

C'est Joachim qui a pris les choses en main et a dit aux gars de veiller à écouter la coupure de la douche, puis ils se sont tous installés dans la pièce à côté du canapé sur lequel j'étais allongée. Je pouvais entendre la douche couler et je me demandais ce qui allait m'arriver pendant que Bernard prenait sa douche. J'ai entendu la caméra commencer à cliquer et les gars ont commencé à me regarder.

"Mec, je savais qu'elle avait un super petit corps, mais regarde ces tétons, veux-tu ?" a dit quelqu'un... "Jésus-Christ, ils sont énormes".

J'ai des aréoles un peu gonflées avec de très gros tétons, probablement d'une épaisseur de 3cm et peut-être un peu plus de 3cm de long aussi. Je pouvais les sentir devenir de plus en plus proéminents alors que j'étais allongée là, exposée à ces gars.

"Je dois faire un gros plan de sa chatte, elle ressemble à une pêche sucrée et juteuse", a dit une autre voix et la caméra a cliqué à nouveau.

Il semblait que chaque son était amplifié alors que j'étais allongée là sous leur regard.

"Quelle superbe chatte, pas du tout de poils de touffe pour la cacher. C'est vraiment gentil de sa part de s'écraser ici sur le canapé comme ça avec cette belle chose juteuse qui attend d'être baisée", a plaisanté quelqu'un.

"Bon sang, je me suis demandé depuis que je l'ai rencontrée à quoi elle ressemblait cul nu, je savais qu'elle serait un petit canon, mais bon sang, regarde-la, elle est parfaite. Quel petit corps serré, j'adorerais baiser la merde qu'elle a dans le ventre."

Quelqu'un d'autre a trouvé la bouteille de vin et le verre à vin vides et s'est dit que j'avais dû attendre Bernard et que j'avais bu en attendant. "Je pense qu'elle s'est évanouie, elle a vidé une bouteille de vin entière". Ils ont tous ri doucement.

"Notre jour de chance" a dit quelqu'un d'autre, "Mais faisons attention... nous ne voulons pas la réveiller.

La voix de Joachim, qui semblait vraiment proche de moi, a dit : "Je ne pense pas qu'elle se réveillera, Bernard m'a dit que la maison pouvait exploser et que ça ne la réveillerait pas et si elle a bu ce vin, alors elle est vraiment dans les vapes. J'ai toujours voulu voir ces mamelons. J'ai eu des aperçus quand elle porte des chemises amples, mais qui aurait pu deviner que j'aurais l'occasion de jouer avec eux."

Et c'est ainsi que j'ai senti le doux contact d'un index et d'un pouce qui roulaient doucement l'un de mes tétons. Mes tétons sont devenus encore plus durs et j'ai laissé échapper un gémissement involontaire. Les doigts se sont éloignés rapidement et tout le monde s'est tu pendant une seconde.

Joachim a ri nerveusement et a dit doucement : "ça m'a fait peur, j'ai cru qu'elle se réveillait".

"Regarde comme ses tétons sont gonflés maintenant" a dit quelqu'un d'autre. Ils avaient raison, je pouvais les sentir gonfler même en restant allongée.

Les doigts étaient de nouveau sur mes tétons, ils en faisaient tourner un très, très doucement. L'appareil photo a cliqué. J'ai une petite poitrine, alors quand les doigts ont relâché mon téton et que la main a pris ma poitrine, il l'avait entièrement dans sa main. J'ai laissé échapper un autre gémissement et j'ai roulé mes hanches sans réfléchir et ma chatte s'est ouverte encore plus. La main a arrêté de serrer et s'est juste tenue sur mon sein. Joachim a dû observer mon visage à la recherche d'un signe de réveil. Je m'étais maintenue au bord de l'orgasme pendant si longtemps que le moindre contact en ce moment provoquait des sensations presque incontrôlables dans mon corps. La gêne s'estompait, remplacée par une sorte d'excitation illicite. Ces garçons étaient méchants, vraiment méchants et ça me faisait jouir. Je ne savais pas ce qui allait se passer, mais si tout ce qu'ils faisaient était de se toucher, alors je les laissais explorer pendant que je "dormais".

La main a recommencé à presser et à frotter mon sein gauche. C'était incroyable. J'ai dû faire appel à tout mon self-control pour ne plus faire de bruit ni bouger. Lorsque les doigts ont trouvé mon autre mamelon, ils l'ont fait rouler puis l'ont doucement tiré. J'ai à nouveau légèrement arqué mon dos en laissant échapper un petit gémissement, en ouvrant la bouche et en roulant légèrement la tête.

Joachim a dit "Elle est tellement sexy..... Regarde comme sa chatte est rose... elle est trempée. Mon Dieu, vous devez sentir à quel point ses mamelons sont doux. Putain, je les adore".

J'entendais sa respiration et elle devenait de plus en plus lourde, il était excité et cela alimentait ma propre excitation grandissante. J'avais oublié Bernard et la douche pour l'instant.

"Combien de pellicules as-tu dans l'appareil photo Tony ?" a-t-il demandé.

"Environ un demi rouleau" a été la réponse.

"Cool, je veux voir si je peux lui faire tenir ma queue, pour prendre une photo".

Avec cela, il a libéré ma poitrine. J'ai entendu une boucle de ceinture et une fermeture éclair s'abaisser. La prochaine chose que je sais, c'est que je sens une bite chaude et dure posée dans une de mes mains ouvertes. Il a pris ma main et l'a refermée autour de sa queue et s'est caressé plusieurs fois. Lorsqu'il a relâché ma main, j'ai continué à la tenir lâchement.

"Ouf", a gloussé une voix tremblante, "Je vais exploser mon chargement si je ne fais pas attention".

Je ne pensais pas qu'il plaisantait, sa queue palpitait dans ma main. J'ai entendu l'appareil photo cliquer et avancer de nouveau le film alors que la photo était prise. Cela devenait incontrôlable, vraiment incontrôlable... mais je ne savais pas vraiment quoi faire pour l'arrêter non plus. Si je me réveillais, je devrais les affronter et je ne voulais pas ça. Je me suis juste dit que tout s'arrêterait quand la douche s'arrêterait, mais cela pourrait prendre un certain temps, je n'avais aucune idée du temps que j'avais passé dans la pièce avec ces gars ou de combien de temps encore je pourrais supporter qu'ils jouent avec mon corps, avant de perdre moi-même le contrôle.

Sa main a de nouveau trouvé mon sein alors que je continuais à tenir sa queue. Quelqu'un s'est assis sur le canapé à l'opposé de l'extrémité sur laquelle j'étais allongée et j'ai été totalement prise par surprise lorsque j'ai senti un doigt remonter le long de mon ouverture humide. Mon souffle s'est arrêté et j'ai serré la bite un peu plus fort pendant une seconde. Ma propre respiration commençait à devenir un peu plus lourde, pas tout à fait haletante, mais pas loin de l'être non plus.

Je pouvais imaginer à quoi je devais ressembler étalée sur le canapé avec tous ces gars qui me regardaient et jouaient avec moi. Le cliquetis de l'appareil photo était en arrière-plan maintenant alors que je me concentrais sur les sensations de mon corps. J'espérais qu'il ne me trahirait pas. Le doigt à ma chatte a tiré une lèvre de côté révélant ma chatte intérieure rose et humide. Un autre gars se tenait au-dessus et derrière le gars au bout du canapé, je suppose qu'il regardait tout ça et a commenté à quel point j'étais sexy.

Il a dit "Hé Lee, tu devrais juste glisser ton doigt dans sa chatte".

J'ai aussi reconnu cette voix, c'était un autre gars nommé Karim que je connaissais depuis un moment et avec qui j'avais flirté avant de rencontrer Bernard. Un moment plus tard, un gros doigt a glissé dans mon endroit le plus intime.

"Mec, elle est méchamment serrée et vraiment humide". Il a retiré lentement son doigt jusqu'à ce que seule la pointe sépare les lèvres de ma chatte, puis il l'a remis en place. J'ai bougé mes hanches pour m'ouvrir davantage à lui alors qu'il commençait à glisser dans et hors de ma chatte. Je n'ai pas pu m'en empêcher... J'ai commencé à pomper lentement la bite dans ma main et à gémir doucement.

"Oh putain, regarde ça, elle est en train de se branler" s'exclame Joachim. "Elle doit avoir un sacré rêve humide en ce moment" a-t-il ri.

Quelques secondes plus tard, il a dit qu'il n'en pouvait plus et qu'il allait exploser si je continuais à le branler. Il a retiré sa bite de ma main et s'est éloigné, en respirant fort.

"Il faut que je regarde ça" a dit Karim et un instant plus tard, sa bite était dans ma main.

Karim a fait comme le Joachim et a enroulé ma main autour de sa bite, la caressant plusieurs fois avant de la lâcher. J'ai tenu bon et j'ai lentement commencé à la pomper moi-même. J'étais perdue dans une brume de luxure. Je ne faisais pas attention à autre chose que le doigt qui entrait et sortait lentement de ma chatte et la bite dans ma main. Je gémissais plus fort maintenant et je respirais assez fort. Ma tête était tournée sur le côté. J'essayais toujours de faire semblant de dormir, mais je n'avais aucune idée de la manière dont je m'y prenais ou si les gars avaient déjà compris que j'étais en fait réveillée. Le gars dans ma main a retiré sa bite de ma main.

"Tony, prends une photo de ça, je vais mettre ma bite dans sa bouche".

Un autre gars a dit "Fais attention mec, elle peut se réveiller à tout moment".

"Non, vas-y", a dit quelqu'un d'autre "Elle est dans les vapes, elle fait juste un rêve humide intense en ce moment" et ils ont tous ri.

J'ai senti la douceur veloutée de la tête de sa bite frôler mes lèvres ouvertes. Je pouvais entendre les bruits humides du doigt qui travaillait ma chatte et je pouvais sentir mes hanches rouler à cause de ce que ces doigts me faisaient. Au début, il semblait se contenter de frôler mes lèvres et mes joues avec sa bite, mais je suppose que ma bouche ouverte était trop tentante car un instant plus tard, j'ai senti la tête de sa bite se poser sur ma lèvre inférieure. J'étais vraiment, vraiment excitée maintenant et la tentation a dû être trop forte pour lui car je suis restée là à gémir doucement et à bouger mon corps en réponse aux doigts en bas.

La tête de sa bite a commencé à glisser progressivement au-delà de mes lèvres et dans ma bouche qui attendait. Lorsqu'il a fait entrer la tête et une partie de la tige, il s'est arrêté.

"Prends une photo Tony avant que je doive la retirer" a dit Karim d'une voix tremblante.

C'est juste à ce moment-là que j'ai senti une langue chaude lécher mon clito, c'était comme si une charge électrique me traversait. J'ai crié, j'ai pris une grande inspiration et j'ai poussé ma chatte dans le visage en bas. "Oh putain", a presque crié Karim alors que j'enroulais ma langue autour de la tête de sa bite. J'ai commencé à sucer la bite dans ma bouche. Après un moment, j'ai remonté ma main pour pomper le manche pendant que je le suçais.

Avec la bouche et les doigts faisant leur magie en bas, un orgasme s'est rapidement développé et j'ai joui moins d'une minute plus tard.

Les vagues de l'orgasme ont pris le contrôle de mon corps et de mon âme. Je me tordais sur le canapé, la bouche était toujours sur ma chatte et les doigts étaient profondément enfoncés dans ma chatte. Les mains pressaient et jouaient avec mes seins. J'ai entendu une voix à travers la brume de mon orgasme me murmurer de toute urgence que la douche venait de s'éteindre. J'ai continué à sucer la bite dans la bouche en pompant le manche. Je poussais mes hanches contre le doigt en bas.

J'ai entendu le murmure tendu de Karim disant qu'il allait exploser son chargement et comme il le disait, il a gémi plus fort et j'ai senti son essence salée éclabousser le fond de ma gorge. J'ai sucé plus fort en avalant tout alors qu'il continuait à faire exploser sa charge dans ma gorge.

Dépêche-toi, a dit quelqu'un. Le gars à ma chatte l'a léchée une dernière fois puis est descendu du canapé.

Quelqu'un d'autre, probablement Lee, s'est assis et a dit : "Je dois goûter rapidement avant de partir".

Il a glissé un doigt en moi et s'est exclamé : "Mec, elle est serrée, sa chatte est encore palpitante à cause de son orgasme !".

La chose suivante que j'ai sentie, c'est sa langue qui léchait mon ouverture. "J'aurais aimé que Bernard prenne une douche plus longue", a-t-il gémi, "je voulais la baiser".

Je l'aurais laissé faire.

Le type qui avait joui dans ma bouche a finalement retiré sa bite encore palpitante de ma bouche. Il respirait encore difficilement en essayant de se ranger, quand j'ai entendu Tony lui demander de prendre son appareil photo et de faire quelques photos rapides de lui.

"Tu ferais mieux d'être rapide, Bernard ne va pas tarder à descendre" a dit Karim.

Un moment plus tard, une deuxième bite a glissé profondément dans la bouche d'attente. J'ai senti un autre doigt glisser dans ma chatte pendant que Lee continuait à lécher mon clitoris. Les mains pressaient mes seins et pinçaient mes tétons comme une sorte d'adieu, je suppose. Mais ça me rendait quand même folle. J'ai enroulé ma langue autour de la tête de la nouvelle bite et j'ai tendu la main pour caresser le manche pendant que je commençais à sucer. J'ai entendu l'appareil photo cliquer et aussi vite que la bite était là, elle avait disparu. Quelqu'un a chuchoté d'urgence qu'ils devaient partir d'ici.

Ils devaient marcher sur la pointe des pieds lorsqu'ils ont quitté le salon. Une fois arrivés à la cuisine, Gary a crié à Bernard de se dépêcher, ils étaient en retard.

"Je descends dans une minute, prends les bières et je te rejoins dans la voiture" a répondu Bernard en criant. Quelques minutes plus tard, j'ai entendu Bernard se précipiter dans les escaliers et sortir par la porte arrière.

J'ai ouvert les yeux et regardé autour de la pièce. C'était un événement tellement bizarre et onirique. Alors que j'étais allongée, j'ai vu une voiture sortir de l'allée, suivie de près par celle de Bernard. Je pouvais clairement voir tous les gars, je me demandais s'ils pouvaient me voir aussi. Je n'ai plus jamais rien fait avec aucun de ces gars et ils ne m'ont jamais dit qu'ils avaient fait quelque chose avec moi.

Je me suis toujours demandé s'ils avaient déjà pensé à cette soirée de début d'été avec moi avant de sortir pour l'enterrement de vie de garçon.