Les coquines françaises se masturbent nue en direct de leur webcam

Profiter de deux bites après le divorce

Le premier jour de travail était un peu effrayant après ne pas avoir travaillé pendant tant d'années. J'allais travailler pour le même juge qui a prononcé mon divorce avec James. J'ai eu la maison, une voiture et un petit chèque de pension alimentaire tous les mois. Puis ce cher James est parti et a essayé de passer sous un dix-huit roues, alors les chèques mensuels ont cessé. C'est pourquoi je retourne travailler. Mais la maison est payée et la voiture devrait rouler pendant plusieurs années car elle est presque neuve.

J'avais épousé ce cher James à l'âge avancé de dix-neuf ans. Il était riche, beau et c'est à lui que j'ai décidé de donner ma virginité. Il m'a aussi fait découvrir le sexe oral, le sexe anal, le sexe en groupe et les plages nues où je devais faire des fellations à ses copains masculins sous son regard. 

J'étais trop jeune pour savoir que ce n'était pas la façon normale dont les couples mariés faisaient les choses entre amis. Mais après six ans, j'apprenais qu'il y avait des gens normaux dans ce monde. J'étais sur le point de demander à James d'arrêter tous les rapports sexuels extraconjugaux quand il a ramené à la maison deux des jeunes femmes qui travaillaient à son bureau. Il m'a forcée à participer à un plan à trois avec elles pendant qu'il nous filmait. J'étais le repas de choix pour les deux autres bisexuelles et quand c'était fini, je suis sortie et je suis entrée dans le bureau d'un avocat.

La famille James ne voulait pas de scandale, alors on m'a donné mon divorce sans aucune foire d'empoigne. Il était signé, scellé et livré dans trente jours. Le juge Alex Masters savait dès le début qu'il y avait quelque chose de légèrement étrange dans tout ça mais comme nous étions tous d'accord, il l'a accordé avec un sourire et quelques mots.

Le juge est un homme grand et mince, aux épaules larges et à la chevelure blanche. Un beau visage robuste avec des yeux bleus perçants et d'après ce que j'ai entendu, il était aussi un excellent juge. La première fois que je l'ai vu, j'ai pensé que si j'avais eu un père, c'est l'homme auquel j'aurais voulu qu'il ressemble. Bien sûr, j'avais un père mais je ne l'avais jamais connu et avant que je sois assez âgée pour demander à ma mère ce qu'il en était, elle est également décédée. Ma chère vieille tante Alice ne savait rien du début de la vie de ma mère et n'a jamais connu mon père, alors comme j'ai grandi chez elle, elle n'a pas pu remplir les blancs pour moi. Cependant, maintenant que je vais travailler au tribunal du comté, je me suis dit que je pourrais peut-être travailler un peu sur mon passé et la généalogie de la famille. Cela ne serait pas facile mais pourrait être amusant et me donner quelque chose à faire.

Je suis arrivée à l'heure et j'ai immédiatement été appelée en chambre. Le juge Masters s'est avéré être un homme très gentil. Il souriait tout le temps et était attentionné lorsqu'il m'a accueilli dans ce genre de travail quelque peu différent. Il m'a dit qu'en exerçant mes fonctions ici, j'apprendrais beaucoup de choses sur les gens de la région et que tout ce qui me passerait sous le nez resterait à jamais dans ce tribunal. Je ne devais pas parler de ce que je pourrais apprendre et surtout, je ne devais jamais essayer de profiter du malheur des autres. Je suppose que cela signifie que je ne devais pas faire de chantage à qui que ce soit. Comme si j'allais faire ça ?

C'est ainsi que ma nouvelle vie a commencé en travaillant pour l'homme que j'admirais le plus depuis mon arrivée dans cette petite ville.

Le tout premier jour, à l'heure du déjeuner, je suis descendue dans les entrailles du palais de justice et j'ai été présentée à Harry, le vieil homme qui garde tous les registres et des milliers de dossiers de toutes sortes. Toutes les affaires judiciaires qui ont été déposées ici se trouvaient dans les dossiers du vieux Harry et tous les procès privés s'y trouvaient aussi, ainsi que les actes de mariage et les décès. Je suis devenu très ami avec le vieux Harry et nous allions souvent déjeuner ensemble. Je lui demandais ce qu'il savait sur tout ce qui était archivé dans les cachots, comme beaucoup l'appelaient.

Harry était veuf et nous semblions bien nous entendre. J'ai informé Harry de mes antécédents et il a accepté de m'aider à travailler sur les nombreux dossiers qui pourraient ou non me mener au nom de mon père.

Harry m'a demandé de passer chez lui pour dîner un soir et j'ai accepté. Harry avait une soixantaine d'années, il était petit, costaud et avait un gros ventre. C'était un homme heureux et toujours jovial. C'était un plaisir de côtoyer Harry et je l'appréciais tout simplement pour lui-même.

Il s'est avéré être un excellent cuisinier et il parlait bien. Il était bien éduqué et très cultivé. Dans sa jeunesse, il avait voyagé dans le monde entier grâce à la marine américaine. Je l'ai trouvé intéressant et c'était un vrai plaisir de parler avec lui. Lorsque j'ai parlé à Harry de mes antécédents, il a semblé vraiment intéressé et prêt à m'aider.

Pendant le repas, il m'a servi un vin doux au goût étrange et légèrement sucré. Quand je lui ai demandé où il l'avait eu, il m'a dit qu'il faisait son propre vin. Il a dit que ce lot particulier lui donnait l'impression d'être plus jeune que son âge. En plaisantant, il m'a dit qu'une fois il était parti à la recherche d'une femme après en avoir bu quelques verres. J'ai pensé qu'il plaisantait et nous avons ri pendant qu'il me versait un autre verre.

C'était une chaude nuit d'été, mais pas encore prête à ce que l'on mette la climatisation.

Alors après ce bon repas, nous avons sorti nos verres et la bouteille de vin sur le porche arrière de Harry pour nous installer dans l'air frais du soir et parler dans le noir.

Harry avait une belle maison avec une grande cour arrière. Il y avait une lampe de sécurité au coin de son garage qui éclairait l'arrière-cour mais projetait une ombre profonde dans le coin où nous étions assis. J'étais sur une balançoire en chêne et je me balançais d'avant en arrière avec Harry en face de moi dans un fauteuil en osier à haut dossier. J'ai dit à Harry qu'il avait une belle maison et un beau jardin. Harry a dit que c'était sa femme qui avait aménagé toute la cour arrière et les parterres de fleurs. Je me suis sentie désolée pour Harry car il était si gentil de perdre sa femme si jeune.

Je commençais à apprécier la chaleur de la soirée et la sensation de chaleur que le vin me donnait. Ma jupe était remontée et l'air frais de la nuit était agréable sur mes cuisses. Je me suis penchée en arrière et j'ai levé une jambe pour permettre à l'air de se promener où bon lui semble. Je ne pouvais pas voir le visage de Harry mais il devait sourire lorsqu'il a dit "Melissa, te sentirais-tu plus à l'aise si tu enlevais ta robe ?".

"Oui, je pense que ce serait bien Harry". Je lui ai dit en enlevant lentement ma robe. Maintenant habillée uniquement de mon soutif et de ma culotte, je me sentais beaucoup mieux.

"Harry, est-ce que tu donnes ce vin à toutes tes invitées ? Je parie que tu as du succès auprès des dames célibataires du quartier." J'ai ri en enlevant ma culotte.

Harry a franchi la courte distance qui nous séparait pour s'immobiliser sur le sol devant moi. J'ai écarté mes jambes pour qu'Harry puisse embrasser le haut de mes cuisses. Harry n'a pas eu besoin d'être encouragé car il a rapidement trouvé mon point humide prêt à accueillir sa langue aux talents variés. Harry m'a léchée comme je n'avais jamais été léchée auparavant. J'ai été amenée au bord de l'orgasme et je suis restée là sans dépasser le bord. Harry était un maître du sexe oral et je ne pouvais que penser que sa femme devait être une femme très heureuse.

Harry a placé ses mains sous mes fesses nues pour me soulever d'un pouce de la balançoire pendant qu'il enfonçait sa langue plus profondément. Il a sucé mon clitoris plutôt enflammé pendant qu'il glissait un doigt dans ma chatte. Harry a sucé mon clitoris plutôt enflammé tout en remuant le doigt dans ma chatte alors que je m'élevais lentement à une hauteur dont j'ignorais l'existence. Je flottais sur un air d'émotion et le frisson d'une telle expérience sexuelle était tout nouveau et je n'ai pas pu m'empêcher de haleter et de me laisser aller. J'ai senti les fluides s'échapper de moi. Je jouissais d'un orgasme comme jamais auparavant et c'était merveilleux. Harry a léché et sucé les sucs pendant que je me laissais aller. Harry était un expert en sexe oral et il m'avait fait atteindre un tel orgasme que je n'avais jamais connu auparavant. Alors que je descendais lentement, Harry a doucement léché les lèvres de ma chatte comme un geste de contentement pour nous deux.

Lorsque j'ai pu me sentir à nouveau remonter, j'ai dit "Harry : c'était fabuleux et remarquable à tous points de vue. Mon Dieu Harry, je n'ai jamais eu un tel orgasme auparavant. Qu'y avait-il dans ce vin ? Plus encore Harry, que puis-je faire pour toi maintenant ? J'adorerais te rendre ta gentillesse."

Harry s'est levé en me tendant la main. J'ai pris sa main et ensemble nous sommes rentrés dans la maison et sommes allés directement dans la chambre d'Harry. Il m'a fait allonger sur le lit avec seulement une veilleuse allumée. Il s'est tenu devant moi et s'est lentement déshabillé. Je savais que beaucoup d'hommes aiment les strip-teases pendant qu'ils attendent que leurs rendez-vous se déshabillent. Mais je n'avais jamais demandé à un homme de le faire pour moi. C'était excitant et très excitant. J'ai doigté ma chatte humide en attendant que le prochain vêtement tombe. J'avais hâte de voir sa queue. J'étais prête à crier "Harry montre-moi ta bite" Quand Harry n'avait plus que son slip. Je pouvais voir un renflement bien prononcé qui poussait le tissu vers l'extérieur.

Harry s'est approché et a dit "Ma chérie Melissa, aimerais-tu faire le dévoilement ?".

Je me suis rapidement assise sur le côté du lit et j'ai fait signe à Harry de s'approcher. J'ai tendu la main vers son short, prête à le lui arracher. Mais lorsque mes mains ont saisi le doux tissu en coton, je me suis figée. Je le voulais tellement. Je voulais tellement Harry. Pourtant, j'avais peur de sa virilité. Je me souvenais de toutes les bites que j'avais sucé. Tous les inconnus que j'avais laissé me baiser. Toutes les fois où j'étais là à baiser et à sucer sans la moindre émotion. Je me suis demandée si j'avais déjà ressenti cela avec mon mari. Même pendant les premières années, je ne m'étais jamais sentie aussi excitée ou aussi ravie. Ravie à l'intérieur, le cœur battant la chamade, je n'osais pas bouger. Ma chatte frémissait réellement, mon cœur battait à tout rompre dans mes tempes. Je ne pouvais pas le faire. Je n'ai pas pu baisser le slip d'Harry.

J'avais tellement honte d'être ici avec cet homme aimant et de n'être qu'une pute bien utilisée à l'âge mûr de vingt-sept ans. Harry était un être humain merveilleux et moi une salope usée. J'ai tenu Harry par les hanches et j'ai commencé à pleurer. Doucement au début et ensuite un vrai lavage de gorge. Je ne pouvais pas faire ça à un homme aussi merveilleux. Je n'étais pas sa femme et il cherchait quelqu'un à aimer mais ce quelqu'un n'était pas quelqu'un comme moi.

Harry s'est agenouillé et m'a serré dans ses bras. J'ai serré Harry dans mes bras en retour et j'ai pleuré un peu plus. Après un moment, Harry m'a serrée dans ses bras et nous nous sommes assis côte à côte sur le lit. Moi nue et Harry encore habillé de son short.

"Melissa ; tu n'as pas à faire quoi que ce soit que tu ne veuilles pas faire. Pas avec moi, jamais. Je suis désolé si je t'ai mise dans une position qui t'a rendue malheureuse." a dit Harry.

"Oh Harry, ce n'est pas toi. Tu es un homme merveilleux et je voulais faire l'amour avec toi. Mais j'ai eu un mariage si misérable et mon mari m'a fait faire des choses dont j'ai tellement honte. S'il te plaît, pardonne-moi. Je ne pouvais tout simplement pas te faire de mal. Je suis une si mauvaise fille. C'est moi qui devrais être désolée. Je dois m'excuser auprès de toi Harry pour ne pas avoir été là quand tu avais besoin de moi." J'ai dit en recommençant à crier.

Harry m'a serrée dans ses bras puis s'est levé et est sorti. Lorsqu'il est revenu, il m'a tendu mes vêtements. Il s'est habillé et ensemble nous sommes redescendus dans l'escalier. Il m'a apporté une tasse de café et plus tard, il m'a accompagnée jusqu'à la porte. Nous avons eu quelques mots et je me sentais toujours comme une sale allumeuse. Mais j'ai laissé Harry là avec seulement un baiser sur la joue pour le récompenser de m'avoir donné le plus merveilleux orgasme de ma vie.

Le trajet jusqu'à la maison a été beaucoup plus long que prévu. J'ai eu le temps de réfléchir et j'ai décidé qu'à la première occasion, j'allais me rattraper auprès de Harry. Le jour suivant était un samedi et le palais de justice était fermé pour les affaires. À l'exception de la police qui travaillait à l'arrière du palais de justice.

Je me sentais encore mal à propos d'hier soir quand Harry a appelé et m'a demandé si je voulais aller faire un tour. J'étais réticente après mon misérable échec d'hier soir. Mais Harry a insisté et j'ai donc dit que je serais prête dans une heure.

À ma grande surprise, Harry s'est arrêté dans ce qui ressemblait à une Jaguar décapotable toute neuve. J'ai attrapé une babouchka pour couvrir mes cheveux et je suis sortie joyeusement.

Harry avait une telle allure qu'en quelques secondes, j'avais tout oublié de la nuit dernière. Nous avons roulé dans les collines à l'ouest de la ville et nous nous sommes bientôt arrêtés dans une station-service et un restaurant de type cabane en rondins. Harry s'est garé à côté et a fait le tour pour m'ouvrir la porte. J'étais honorée de cette preuve de respect et d'affection.

Le restaurant était petit et avait l'air bien utilisé par des années de visiteurs. Les tables étaient en bois brut épais, lissé par des années d'utilisation. La dame qui est sortie a souri et a appelé Harry par son nom.

"Harry, qui avons-nous ici aujourd'hui ?" Elle a dit avec une voix chantante qui résonnait de joie et de bonheur.

Harry a répondu "Vera mon amour ; c'est une de mes collègues de travail. Melissa ; voici ma plus ancienne petite amie Vera. Nous nous connaissons depuis le lycée."

"Salut Melissa. Heureuse de te rencontrer. Si le vieux Harry ici présent essaie de faire des bêtises, dis-le moi et je m'occuperai de lui." Vera a dit en riant.

Je lui ai dit que Harry était un parfait gentleman et que je passais un merveilleux moment en sa compagnie.

Harry a commandé pour nous deux et Vera s'est éloignée en s'arrêtant à une autre table pour prendre une commande sur son chemin vers la cuisine. J'ai dit à Harry que c'était un endroit merveilleux et que je l'adorais. Harry a dit qu'en plus de la station-service et du restaurant, il y avait des cabanes à louer à l'arrière, au bord du lac. Il a dit qu'il en possédait une juste en haut de la colline et qu'il voulait que je le rejoigne pour une journée de repos et de promenades insouciantes dans les bois. J'ai accepté avec joie et après notre délicieux déjeuner, nous sommes montés dans sa cabane en rondins.

Harry m'a une fois de plus versé un verre de son vin maison et nous nous sommes assis sur le porche arrière en regardant la colline en direction du lac. Je lui ai dit qu'il était plein de surprises et que c'était le plus bel endroit du monde. Il a dit "Laisse-moi te faire visiter".

Nous nous sommes levés ; main dans la main, il m'a guidée à travers la cabane. Elle avait deux chambres et un grand salon ouvert. Le porche faisait le tour de la maison sur trois côtés. Dans le coin arrière, il y avait une courte allée fermée menant à un plus petit bâtiment isolé. Harry m'y a emmené et m'a montré un sauna tout aussi beau que la maison.

Harry m'a demandé si j'avais déjà fait un sauna après un après-midi de marche ou d'entraînement. J'ai répondu que je n'avais jamais eu de sauna et il a dit que ce serait le moment fort de ma journée. Je l'attendais avec impatience.

Nous sommes retournés sous le porche et avons encore dégusté le vin maison d'Harry. Encore une fois, il m'a fait me sentir plus détendue que je ne l'avais été depuis des années et bien sûr, il m'a réchauffée comme la nuit dernière. J'ai accueilli cette sensation tout en embrassant la chaleur. J'ai salué la chance de pouvoir rembourser Harry pour ses nombreuses bontés. Il y avait des arbres de tous les côtés et cette cabane était bien en haut de la colline, loin de la vue des autres cabanes ou des sentiers de randonnée. Harry était assis dans une chaise faite de branches d'écorce nue pliées pour former la chaise. Il a dû être fabriqué à la main et très cher.

Harry n'a pas bougé lorsque je me suis levée de ma chaise et que je me suis approchée pour me tenir debout en le regardant. Il a levé son verre et en a pris une gorgée en me souriant. Nos yeux se sont croisés et j'ai su que cet après-midi allait être inoubliable.

Je me suis agenouillée devant Harry comme il l'avait fait pour moi. J'ai laissé mes mains tâtonner avec sa ceinture.

Une fois ouverte, j'ai creusé dans son slip et j'ai attrapé sa queue épaisse et dure. À cause de l'angle de sa chaise, il a dû se lever pour que j'enlève son slip et que je puisse voir sa queue.

Harry avait la bite la plus inhabituelle que j'aie jamais vue. Elle était parfaitement droite. Elle se tenait droite avec sa pointe violette profonde, ronde et pointue. La tige était lisse et ronde et non plate sur le fond comme la plupart des autres. Mais la rectitude était différente. La plupart des bites dures pointaient vers le haut ou d'un côté ou de l'autre. Certaines étaient courbées à droite ou à gauche. Mais pas celle de Harry. Elle n'était pas trop longue mais elle était quand même faite pour faire le travail pour lequel elle était prévue. Une fois de plus, j'ai pensé à quel point il avait dû rendre sa femme heureuse.

Je ne pouvais pas m'en empêcher, je devais le toucher et jouer avec. Le traire pour que je puisse voir la tête apparaître et disparaître sous le prépuce. Harry n'a pas dit un mot pendant que je jouais et le touchais comme un nouveau jouet. J'étais sur le point de me pencher en avant et de lécher la tête à la peau lisse quand Harry a dit "Melissa ma chère, pourquoi n'allons-nous pas dans la maison où nous pourrons tous les deux nous déshabiller et profiter du confort de mon lit.

"Bonne idée Harry". J'ai dit que je me levais mais que je ne lâchais pas sa queue.

Cette fois, j'ai fait allonger Harry sur le lit et j'ai grimpé entre ses jambes écartées et sans utiliser mes mains, j'ai baissé ma tête. Sa bite pointait toujours droit devant son corps potelé. Pour un homme de son âge, Harry avait la bite la plus dure que j'avais jamais vue, touchée, sucée ou baisée avec espoir.

J'ai ouvert la bouche pour laisser ma langue profiter des petites gouttes de rosée qui bouillonnaient de la minuscule bouche au bout. C'était aussi doux que le nectar d'une fleur de chèvrefeuille au printemps. Une autre goutte s'est formée dès que j'en ai léché une. J'ai répété cela une douzaine de fois, chaque goutte étant plus douce que la précédente.

J'ai abaissé ma bouche sur sa queue en la laissant remplir ma bouche. Je l'ai maintenue dans une étreinte amoureuse. Je voulais qu'Harry ressente ce que je ressentais pour ce petit gros. J'aimais vraiment Harry et je voulais qu'il le sache. J'aimais vraiment Harry, mais pas le genre d'amour que j'aurais pour quelqu'un dont je voulais qu'il m'aime en retour. C'était différent. C'était plutôt comme si j'aimais Harry parce qu'il voulait que je l'aime alors je l'ai fait. Peut-être que c'était son vin, peut-être parce qu'il était plus âgé, peut-être parce que j'étais tout simplement excitée, mais quoi qu'il en soit, j'aimais Harry et je voulais faire de lui un homme heureux. Je voulais donner à Harry la meilleure pipe de sa vie.

Crois-le ou non, je commençais vraiment à être excitée et je pouvais sentir ma chatte frémir et devenir très humide. J'avais la bite d'Harry aussi loin que possible dans ma gorge lorsque nous avons entendu une voix crier d'un endroit quelconque à l'extérieur.

"Harry : tu es là ? C'est Alex. Harry !" J'ai gloussé ; pas parce que la bite d'Harry était en train de gonfler mais parce que le type qui criait était mon patron. Le juge Masters. Bon sang, qu'est-ce que j'allais faire maintenant. Peu importe ce que je dis, il doit très bien connaître Harry et il saura que je suis venue ici avec Harry pour m'envoyer en l'air et qu'il me baise le cul. Merde, merde, merde...

Harry a ri et a dit "Christ, Alex doit avoir le nez d'un limier, il peut sentir une chatte mouillée à un kilomètre. Ça te dérange si je lui dis d'entrer. Il sait probablement déjà que tu es ici. Nous ne pouvons pas faire grand-chose maintenant. Tu ne crois pas ?"

Je me suis assise en laissant la queue dure de Harry glisser de ma bouche et je suis allée chercher le peignoir que Harry avait dit être dans le placard.

Harry s'est glissé dans un jean et, nu à partir de la taille, il est allé répondre à la porte.

J'entends les voix. Salut Alex. Quoi de neuf ?"

J'ai vu ta voiture au restaurant et je savais que tu étais ici. J'ai pensé que toi et les personnes que tu as ici aimeriez prendre un verre chez moi ce soir. Quelqu'un que je connais Harry ?" Je ne pouvais pas voir le visage du juge mais je parierais qu'il savait déjà que c'était moi ici avec Harry. Je suis donc sortie en souriant.

Le Juge a souri et a dit "Bonjour Melissa, comment vas-tu en cette belle journée ? Je vois que tu as profité des plaisirs que le vieux Harry peut t'offrir."

Je pouvais voir plus dans les yeux du Juge que ce que ses mots disaient. Ce vieux type me regardait droit dans les yeux et il savait que Harry et moi étions au lit en train de baiser. Du jus de chatte coulait le long de mes jambes et je savais que le Juge pouvait, comme l'a dit Harry, le sentir ou le voir. Alors j'ai dit "Juge, je divertissais Harry et pas l'inverse. Mais j'avais prévu que Harry fasse le divertissement très bientôt. Es-tu venu pour regarder ou te joindre à nous ?" Dieu tout puissant, qu'est-ce qui avait glissé de ma bouche ? J'étais complètement folle. Je venais d'inviter le Juge à se joindre à Harry et moi dans la chambre d'Harry.

Harry m'a regardée et a dit : "Eh bien Alex, tu ne recevras pas une invitation comme celle-là tous les jours. Alors soit tu entres, soit tu rentres chez toi. Ton choix."

Alex est entré et a fermé la porte derrière lui. J'ai souri à l'idée que j'étais sur le point de m'attaquer à deux gars en même temps... Comme au bon vieux temps. Mais cette fois, c'était mon choix.

Harry s'est retourné, m'a pris la main et est retourné dans la chambre en m'entraînant avec lui. Harry m'a aidé à sortir de mon peignoir et s'est allongé comme il l'avait fait avant d'être interrompu. Je me suis retournée pour voir Alex laisser tomber son pantalon coupé sur le sol avant de m'agenouiller entre les jambes de Harry pour reprendre mes fonctions de suceur de bite du jour.

Alors que j'abaissais ma bouche sur la queue très excitée et palpitante de Harry, je pouvais sentir le lit basculer quand Alex est monté derrière moi. Je pouvais voir que Harry était excité de voir Alex derrière moi et je pouvais voir que Harry ne contrôlait plus rien et qu'il attendait de voir ce qu'Alex allait faire. J'étais excitée car je voulais sentir Alex se joindre au plaisir et me prendre par derrière pendant que j'avalais la queue de Harry.

Depuis combien de temps je n'avais pas profité de deux bites, cela n'avait vraiment pas d'importance maintenant que j'étais sur le point de sentir Alex ram une bite bien raide dans ma chatte. J'étais sur le point de profiter d'une charge de sperme chaud dans ma bouche. Mon Dieu ; est-ce que ça peut être mieux que ça. "Bon sang. Oui." a été la réponse.

Le Juge devait encore être jugé mais quand j'ai senti la tête de sa bite s'enfoncer dans ma chatte, la réponse à cette question a été rapide, il était tout homme et un long homme aussi. Mon Dieu, j'avais oublié à quel point cela pouvait être excitant de sentir ma chatte et ma bouche pleines de bite en même temps. Je commençais à me demander si on m'avait forcée à faire de l'échangisme ou si je m'étais lancée avec bonheur dans le sexe en groupe. C'était génial et j'adorais ça.

Je sentais la bite d'Harry devenir plus longue et plus rigide dans ma bouche. Je me suis retirée et j'ai dit "Harry, est-ce que toi et le Juge aimeriez changer de place ?".

C'est Alex qui a répondu en premier en disant "Bonne idée. Melissa. J'adorerais te voir sucer ma vieille queue. Et toi Harry, tu es prêt à abandonner sa bouche pour cette chatte humide et serrée ?"

Aucune réponse de la part de Harry et les deux ont échangé leurs places. Wow, quel bourreau le Juge avait une longue queue épaisse et dure comme un bâton de hickory. La tête était longue et large avec une haute crête à l'arrière, là où elle s'attache à la tige. "Bon sang, j'adore sucer des bites ou quoi ?" Mes pensées.

Harry s'est empressé d'enfoncer sa merveilleuse queue dans mon corps et de la laisser s'enflammer. Il a donné des coups et s'est enfoncé plus profondément à chaque explosion de ses couilles. J'aimais vraiment Harry et la façon dont son vin fait maison me faisait sentir. Mais c'est le juge qui a attiré mon attention lorsqu'il s'est raidi et a versé sa première charge de sperme dans ma bouche. Son sperme était épais comme de la mélasse et deux fois plus sucré. Il était si épais que j'ai eu du mal à l'avaler. Mais avec quelques efforts, j'ai réussi à le faire descendre et à en extraire la dernière goutte. En léchant le bout, je l'ai laissé partir alors qu'il tombait comme l'arbre d'un bûcheron. Harry s'est approché pour regarder pendant que je laissais la queue d'Alex glisser de ma bouche.

J'ai remué mon cul en allant à la salle de bain. Quand je suis revenue, les deux hommes étaient sous le porche, toujours nus et tenant des boissons. J'en ai vu une pour moi sur la table à côté de la chaise où j'étais assise.

Harry a dit "Melissa, tu es un vrai soldat pour avoir permis au vieil Alex de se joindre à nous. J'espère que nous n'avons pas été trop durs avec toi."

J'ai souri et pensé "Non, c'était génial".

Alex a dit "Melissa, tu es une très belle fille et si tu veux, je suis sûr que nous pouvons tous être amis et nous rendre visite souvent." Je suppose que c'était sa façon de dire qu'il voulait refaire ce truc à trois et bientôt.

J'ai rougi et je ne lui ai pas répondu. Harry avait entendu mon histoire et ne savait que trop bien que ce n'était pas une première fois pour moi. Mais il n'y avait aucune raison pour que le Juge le sache, pas maintenant en tout cas.

Il était difficile de ne pas regarder les deux bites qui venaient d'être en moi. Je voulais les sentir à nouveau en moi mais je savais que je devrais attendre un autre jour. Alex s'est levé et a dit qu'il devait partir. Mais si nous étions libres ce soir, passe à sa cabane en bas de la colline vers huit heures car il recevait quelques amis pour boire un verre. Je me suis levée et Harry m'a serrée contre lui alors que le Juge passait pour prendre son jean. Alex s'est arrêté et m'a embrassé à pleine bouche, j'ai laissé sa langue se glisser dans ma bouche pour en faire le tour.

J'ai laissé ma main prendre une prise ferme sur sa queue pendant que nous nous embrassions. Il a sauté au contact de ma prise alors que je pensais qu'il y a toujours un lundi dans les chambres.

Harry voulait aller chez les Juges ce soir pour boire un verre mais j'ai dit que je devais rentrer à la maison. À contrecœur, Harry m'a raccompagnée chez moi. Je pensais plutôt à ce que cela allait être lundi matin. Le cabinet du Juge est très privé et presque insonorisé. J'allais aimer travailler au palais de justice. J'avais l'impression que cette nouvelle vie était un tout nouveau départ.

Bon sang, j'étais toute neuve....